Revenir aux actus
Festivals
09/12/2018

Show must go on !

Au-delà de ces samedis heurtés qui monopolisent l’actualité, les derniers festivals de 2018 remettent normalement leurs récompenses, en parallèle de trophées internationaux annuels annonçant l'heure des bilans.

Le Festival Tous Courts d'Aix-en-Provence a tiré le rideau sur son édition 2018 ce samedi soir, avec une remise de prix au fil de laquelle plus de 15 lauréats auront été dévoilés.

Leur détail figure bien entendu sur le site de l'événement, mais on peut tout de même signaler comme il se doit le Grand prix décerné à Mon amour mon ami d’Adriano Valerio (photo de bandeau) et celui du meilleur scénario pour Comment Fernando Pessoa sauva le Portugal d’Eugène Green. Autre court métrage particulièrement apprécié à Bref, Nos désirs de Raphaël Lefèvre a reçu le Prix francophone France 3/Libre court, tandis qu’Ato San Nen de Pedro Collantes (photo ci-contre) a réalisé le doublé Prix du public/Prix international UniFrance.

Même profusion de récompenses pour clore en beauté le Poitiers Film Festival 2018, où le Grand prix du jury de la compétition internationale est revenu à une production d'inhabituelle origine, à savoir le Costa Rica, avec Umbral de Federico Montero. Le Prix du public est allé, en même temps que celui du jury étudiant, à Dead Birds de Johnny Kenton, qui sera du coup proposé sur notre site Brefcinéma dans l’année qui vient, tout comme le film récompensé par le public au sein de la compétition “So French !”, le court métrage d’animation issu de Rubika The Stained Club (photo ci-contre). Précisons enfin que Saint-Jean, de Simon Rieth, réalisé dans le cadre de l’Université Paris I, repart avec le Prix du jury de cette section.

Ce samedi soir a vu également la tenue à Lille de la 2e cérémonie de remise des Émile Awards et si Parvana, une enfance en Afghanistan, de l'Irlandaise Nora Twomey (récemment édité en DVD, voir notre chronique) a trusté les trophées dans la catégorie des longs métrages (réalisation, story-board, animation de personnage, décors et design de personnages), Ce magnifique gâteau et (Fool Time) JOB (photo ci-contre) ont aussi été largement mis à l’honneur. Pour le premier, Emma de Swaef et Marc James Roels ont remporté l’Émile Award de la “meilleure réalisation pour un court métrage” et pour le second, ce sont les “meilleurs décors et design de personnage dans un court métrage” qui ont été salués. Autre prix pour l’animation française, celui de la meilleure bande originale pour un film de télévision, remis à Yan Volsy et Pablo Rico pour Un homme est mort d’Olivier Cossu, dont nous avons récemment chroniqué l’édition DVD.

On ne finira pas sans mentionner la 6e édition des Trophées francophones du cinéma, présidée par Abderrahmane Sissako et qui s’est achevée elle aussi ce 8 décembre à Saint-Louis du Sénégal, valant à On est bien comme ça, de Mehdi Barsaoui (Tunisie, photo ci-contre), le Trophée francophone du court métrage, tandis que Robin Campillo était élu meilleur réalisateur pour 120 battements par seconde et que l’actrice de Félicité d’Alain Gomis, Véronique Tshanda Beya Mputu, était également honorée, de façon on ne peut plus légitime.

Christophe Chauville