Festivals 15/11/2022

40 ans de courts métrages à Aix

Le Festival tous courts d’Aix-en-Provence célèbre ses 40 ans en 2022 et sa traditionnelle Nuit du court métrage s’en fera directement écho. 70 films seront par ailleurs au menu de la compétition internationale, en plus de nombreuses rétrospectives et séances spéciales ou thématiques, du 29 novembre au 3 décembre. 

C’était donc en 1982 que furent projetées pour la première fois sur les écrans d’Aix-en-Provence les œuvres courtes choisies par les organisateurs du Festival tous courts. Quatre décennies plus tard, la manifestation est solidement installée dans le peloton de tête de celles qui sont vouées, en France, au format, avec un public toujours plus nombreux au rendez-vous.

La Nuit qui prend place au cœur de la semaine de réjouissances en portera donc la coloration en cette année particulière, à travers 25 courts métrages représentatifs de la période écoulée, en 4 programmes proposés de 23h30 à l’aube, sur les vendredi 2 et samedi 3. Quelques titres pour mettre l’eau à la bouche, dont beaucoup ont déjà fait la joie des abonnés de Brefcinema : pêle-mêle, Foutaises, Walking in the Wild Side, Une robe d’été, Logorama, La tête dans le vide, L’île aux fleurs (photo ci-dessus), La virée à Paname ou les plus récents Hopptornet, Garden Party et Sagrada familia.

La compétition internationale – 40 e de la série, donc – étant toujours copieuse à Aix, pas moins de 10 programmes seront soumis au jury, venus de nombreux pays. On y croisera Pa vend de Samir Karahoda (Kosovo), To Vancouver d’Artemis Anastasiadou (Grèce), Branka d’Ákos K. Kovács (Hongrie), La passante d’Hannah Letaïf (Belgique, visuel ci-dessus), Lucky Cat d’Eddie Yeung (Chine), Scale de Joseph Pierce (Royaume-Uni) et de très nombreux autres, dont des productions françaises (Virée sèche, Ville éternelle, Les enfants de Bohème, Trois grains de gros sel, etc.).

La section expérimentale, compétitive aussi, est moins ancienne, fêtant sa 8e année, avec un rutilant listing alignant les noms de Bill Morrison, Peter Tscherkassky, Marie Bottois (dont le film Le passage du col – photo ci-dessous – sera aussi au sommaire de notre prochaine numéro de Bref), Ben Russell, Robert Cahen, Emmanuel Gras, Paul Wenninger, Mathias Müller et Christoph Girardet.

Parmi les hors-compétitions, une spéciale Belgique sera présentée par l’incontournable Louis Héliot du Centre Wallonie-Bruxelles (à ne pas rater Point de fuite d’Olivier Smolders, Travellinckx de Bouli Lanners et l’animé Sortie de bain de Florence Henrard) et un autre dédiée au Portugal par Miguel Dias, de l’Agence du court métrage sise à Vila do Conde. Madrugada de Leonor Noivo (photo ci-dessous), chroniqué dans notre dernier numéro de Bref, y figure en bonne place.

Focus animation, films en Région et soirée Arte seront aussi à suivre, outre des séances scolaires, des masterclass et tables rondes, sans oublier le Marché du film court, qui s’est taillé une importance croissante au fil des années.

Christophe Chauville

À lire aussi :

- Le palmarès du Festival Tous Courts 2021.