Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Une habitude de jeune homme

Pascal Cervo

2019 - 39 minutes

France - Fiction

Production : Barberousse Films

synopsis

Cela aurait pu être une journée habituelle pour Virgile, mais non. D’abord victime d’une étrange agression, le jeune homme est ensuite contraint de partager la loge de Robert Lesmur, l’acteur principal de la pièce où il est figurant. Personnage inquiétant, Robert fait naître chez Virgile des sentiments qui vont bien vite le dépasser.

Pascal Cervo

Pascal Cervo, né en 1977 à Soisy-sur-Seine dans l’Essonne, est repéré à seize ans dans la rue par une directrice de casting qui le présente à Catherine Corsini pour Les amoureux, film qui débute sa carrière d’acteur. Il joue par la suite à la télévision avec Laetitia Casta dans La bicyclette bleue (1999) ou encore dans la mini-série Quatre garçons dans la nuit (2008), grâce à laquelle il remporte le Prix d’interprétation masculine au Festival de Luchon. On le retrouve également au théâtre aux côtés d’Adèle Haenel dans la pièce de Valérie Mréjen Trois hommes verts (2014).

Avec le long métrage de Laurent Achard Plus qu’hier moins que demain (1997), il entre dans cette famille du cinéma issue de l’école Diagonale – nommée ainsi d’après la société de production fondée par Paul Vecchiali, réalisateur avec lequel il travaille régulièrement : Faux accords (2013), Nuits blanches sur la jetée (2014) et C’est l’amour (2015). Il retrouve Laurent Achard avec Dernière séance (2011), dans lequel il interprète un tueur en série, et dans son court métrage Le tableau (2013). Pour le réalisateur Pierre Léon, il joue un personnage et son double dans Deux Rémi, deux, adaptation libre de Dostoïevski. Changeant de monde de cinéma, il apparaît entre autres dans deux films de Robert Guédignian, Lady Jane (2008) et L’armée du crime (2009).

Depuis 2008, Pascal Cervo est également réalisateur. Il tourne d’abord le court métrage Valérie n’est plus ici, pour lequel Michèle Moretti reçoit le Prix d’interprétation au festival de Pantin Côté court, puis Monsieur lapin en 2013. Hugues, réalisé en 2017, remporte le Grand prix fiction à Côté court.

En 2019, Pascal Cervo réalise un nouveau moyen métrage, Une habitude de jeune homme, sélectionné l'année suivante au Festival du cinéma de Brive et au Festival Côté court de Pantin.

Critique

Dans Hugues, le précédent film de Pascal Cervo, le personnage titre était un comédien confirmé retranché dans son quartier pavillonnaire, qui ne voulait plus entendre parler de la scène, malgré les sollicitations, et qui voyait le calme de son jardin troublé par de joyeux exhibitionnistes. Une habitude de jeune homme, sélectionné au Festival du cinéma de Brive et au Festival Côté court de Pantin en 2020, semble en être l’envers. Le cinéaste, que l’on connaît comme acteur chez Laurent Achard ou Paul Vecchiali, donne un pli hivernal, parisien et collectif à son quatrième court métrage, où il suit Virgile, un apprenti comédien, le temps d’une journée, et fait la part belle au jeu, aux apparences et aux faux-semblants. Virgile aimerait être auteur, mais se trouve relégué dans l’antichambre de la vie, tout comme il patiente dans les coulisses avant de faire son apparition sur le plateau d’Antigone, lisant son journal et écoutant la scène en cours tout en même temps. 

C’est que les deux se mêlent sans cesse chez cet observateur obstiné : il écoute la conversation de ses voisins tout en écrivant les prémisses d’un scénario ou d’une pièce et parle au téléphone à sa mère en même temps qu’il épie une altercation au loin dans la rue. Se confondent aussi dans son univers le trivial et le tragique. Les mots de la pièce de Sophocle semblent imprégner sa vie même après qu’il a délaissé la toge pour sa tenue de ville et les éléments de la pièce forment un étrange miroir avec ce qui arrive dans sa vie. L’évocation d’une dispute ancienne avec son père fait écho à un conflit naissant avec une figure tutélaire symbolique, celle du premier rôle de la pièce, Robert Lesmur, dont il est contraint de partager la loge. Lorsqu’il y découvre une cagoule noire, Virgile voit une preuve que la star est à l’origine de l’étrange attaque à laquelle il a assisté l’après-midi en pleine rue. Il pourrait y déceler simplement l’indice que tous les comédiens qui l’entourent, une fois délestés de leur costume de scène, portent un masque social qui leur fait adresser des compliments acérés comme des couteaux. Tout le monde, à l’exception de Virgile, semble se rendre compte que l’essence des choses est tout autre que ce leur apparence, jusqu’à ce clafoutis, servi sous forme de tarte !  

Le jeune homme peine à interpréter les signes que lui adresse le réel, insensible à ces oracles. Il semble sourd à la mise en garde de son ami kiosquier qui conclut, suite à la lecture de son horoscope : “C’est l’ascendant qui l’emporte, jeune homme.” La nuit, il emprunte sans une hésitation une avenue pourtant hérissée de sens interdits, prompts à lui annoncer le passage à tabac qui l’attend derrière l’ombre. Mais les situations se renversent dans Une habitude de jeune homme et les premiers rôles passent à l’arrière-plan d’une scène à l’autre. On peut alors imaginer, au pas décidé du héros dans le dernier plan, qu’il met un point d’honneur à agir à l’inverse de la logique pour qu’enfin il lui arrive quelque chose ! 

Raphaëlle Pireyre 

­Réalisation et scénario : Pascal Cervo. Image : Martin Rit. Montage : Martial Salomon. Son : Rosalie Revoyre et Xavier Thieulin. Interprétation : Alexandre Prince, Pierre Baux, Michèle Moretti, Pierre Léon, Julia Faure et Bastien Ossart. Production : Barberousse Films.

À retrouver dans

Sélections du moment