Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Tout le monde dit je t’aime

Cécile Ducrocq

2010 - 6 minutes

France - Fiction

Production : Année zéro

synopsis

Marion, 16 ans, vient de recevoir un mot d’amour de son petit copain. Elle demande l’avis de sa meilleure amie, Joséphine. Les deux jeunes filles ne sont pas d’accord quant à l’interprétation à donner à un “je t’aime”.

Cécile Ducrocq

Après une formation à l’atelier scénario de la Fémis, Cécile Ducrocq écrit plusieurs épisodes de séries, pour Maison close, Dix pour cent ou encore Le bureau des légendes, en 2015.  Au cinéma, elle reçoit le Prix du meilleur scénario au Festival de Valenciennes pour Une leçon particulière de Raphaël Chevènement, également nommé au César 2009 du meilleur film de court métrage. Elle y apparaît en outre en tant que comédienne.

En parallèle de son activité de scénariste, elle réalise elle-même pas moins de quatre courts métrages entre 2010 et 2014 : Tout le monde dit je t'aime, Fille modèle, Le pays qui n'existe pas et La contre-allée, sélectionné dans de nombreux festivals (notamment la Semaine de la critique, à Cannes, en 2014 et le Festival de Sundance en 2015, où Laure Calamy est récompensée d'un prix d’interprétation). Le film obtient la consécration à travers le César du meilleur film de court métrage en 2016.

Cécile Ducrocq et Laure Calamy se retrouvent sur le premier long métrage de la réalisatrice, distribué en salles au début du mois de décembre 2021 : Une femme du monde

 

Critique

Trois ans avant la réalisation de Tout le monde dit je t’aime, Cécile Ducrocq avait coécrit le scénario d’Une leçon particulière (2007) de Raphaël Chevènement. Dans ce court métrage, le trouble d’un élève envers sa professeure (également jouée par Cécile Ducrocq) est implicitement formulé par les mots d’un poème de Victor Hugo qu’ils étudient ensemble, sans que l’élève ne parvienne à exprimer ce qu’il ressent, ni que l’enseignante ne le comprenne.  

À cette situation où le non-dit nourrit le trouble répond ce premier court métrage réalisé par la comédienne et scénariste, dans lequel c’est cette fois l’explicite qui est questionné : pour Joséphine, la déclaration d’amour sans ambiguïté que son amie Marion reçoit par texto n’a pas de valeur. Elle est à la fois trop précoce et insignifiante puisque “Tout le monde dit je t’aime”. Selon Joséphine, celui qui se déclare ainsi “gâche le mot”.  

Comme chez Rohmer, les sentiments et leur expression sont sujets de rhétorique, tandis que d’autres choses se jouent de manière implicite pour les personnages et dans leur relation. À l’aune de leur éducation sentimentale en cours, chacune affine et éprouve son point de vue en même temps qu’elle le formule. La réalisatrice met ainsi en scène leur engagement dans la parole, les faisant tour à tour se mettre en mouvement et s’immobiliser, déplacements qui accompagnent le retour incessant du même sujet dans la discussion. 

Car c’est aussi un point de bascule qui nous est montré, entre l’enfance dont les visages des deux comédiennes portent encore certaines expressions – en particulier chez Marion, souvent filmée en gros plans – et l’adolescence, âge auquel on vit les expériences avec une intensité qu’elles incarnent pleinement. On retrouvera d’ailleurs cet intérêt de la réalisatrice pour ce moment d’entre-deux dans la vie des jeunes filles dans ses courts métrages ultérieurs, Fille modèle (2010) et Le pays qui n’existe pas (2012).  

La dernière séquence du film raconte avec beaucoup de justesse cet oscillation entre deux âges qui les voit aussi passer d’un registre à l’autre avec légèreté. À la tension qui précède leur séparation devant le porche du collège succède en effet immédiatement la gaieté enfantine avec laquelle Marion lance sa déclaration d’amour à Joséphine, et qui semble annuler le sérieux de leur échange. Leur complicité est rétablie : comme si, en attendant de savoir si tout le monde dit “Je t’aime”, elles jouaient encore à “Jacques a dit… je t’aime !”. 

Anne-Sophie Lepicard 

Réalisation et scénario : Cécile Ducrocq. Image : David Chizallet. Montage : Damien Maestraggi. Son : Yohann Angelvy et Emmanuel Bonnat. Interprétation : Romane Barron et Lola Iteanu. Production : Année zéro.

À retrouver dans

Sélections du moment

Autour des sorties

Focus sur...

Bonus

Entretien exclusif avec Cécile Ducrocq