Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Schéhérazade

Florence Miailhe

1995 - 16 minutes

France - Animation

Production : Paris-Plage Productions

synopsis

Ce film raconte la légende inaugurale des Mille et une nuits...

Florence Miailhe

Fille de la peintre Mireille Miailhe, Florence Miailhe est née à Paris en 1956.

Elle sort diplômée des Arts décoratifs en 1980 et commence comme maquettiste pour la presse, tout en pratiquant la peinture et la gravure. Elle enseigne ensuite l’animation aux Gobelins et aux Arts déco, avant de réaliser son premier court métrage d’animation, Hammam  en 1991, à partir de peinture, de pastel et de sable.

Elle poursuit en 1995 avec Schéhérazade, écrit par Marie Desplechin, et en 2000 Au premier dimanche d’août, qui est couronné du César du meilleur court métrage et du Prix du meilleur film d’animation au Festival de Clermont-Ferrand.

Sélectionné en compétition officielle à Cannes en 2006, le court métrage Conte de quartier y reçoit une mention du jury. D’autres films courts suivent dont Méandres en 2013 (en coréalisation avec Élodie Bouédec et Mathilde Philippon-Aginski).

En 2010, Florence Miailhe remporte avec Marie Desplechin le Prix du meilleur scénario de long métrage aux lectures de scénarios du Festival Premiers plans d’Angers, pour un projet dont la fabrication est finalement lancée en 2017. Présenté au Festival du film d'animation d'Annecy en 2020, La traversée, premier long métrage de la réalisatrice, accède à une sortie en salles le 29 septembre 2021.

Entretemps, en 2016, 25, passage des oiseaux a été réalisé par Florence Miailhe dans le cadre d'une résidence de recherche et de développement organisée par le CNC sur son site de Bois-d'Arcy, invitant des cinéastes d'animation à utiliser “L'Épinette”, le célèbre écran d'épingles sur lequel Alexandre Alexeïeff et Claire Parker œuvrèrent jadis. 

Critique

Les contes des Mille et une nuits en ont inspiré plus d'un des quatre coins du monde, russes (Tourjansky, Volkoff), américain (Rawlins), italiens (Bava et Levin, Pasolini), français (de Broca) ont exploité la féérie de cet univers oriental aux horizons imaginaires sans fin. Quand à l'animation, après Lotte Reiniger (1926) et Osamu Tezuka (1969) c'est au tour de Florence Miailhe d'y inscrire les talents qu'elle avait ébauchés dans Hammam (1991). 

De cette technique étonnante d'animation directe sous la caméra où elle superpose les strates de pastel sec jusqu'à saturation, Florence Miailhe obtient une image mouvante comme balayée de vent et de lumière. 

Évitant le piège des aventures rocambolesques d'Aladin, d'Ali Baba ou de Sindbad, la réalisatrice s'empare avec grâce du prélude où Schaznan et Schahriar découvrent avec fureur l'infidélité de leurs femmes. Épris de douleur et de rage, la jalousie et l'orgueil les jettent dans le crime. Intervient alors la sage Schéhérazade déterminée à enrayer le massacre avec l'aide de sa jeune sœur Dinarzade. Cette seconde nous sert de conteuse sous l'admirable interprétation d'Agathe Chouchan. Se jouant d'une voix encore adolescente, la comédienne décrit, raille, triomphe laissant transparaître les sentiments pluriels qui la lient avec les protagonistes de l'histoire. 

Omniprésente, la musique de Denis Colin alterne les portées enjouées où ondulent les corps plantureux des danseuses et couples d'amants et les solos à corde (violon, violoncelle) ou à vent (clarinette basse), martellement insupportable des sacrifices.

Les mots savourés transcendent les couleurs vives des chorégraphies démultipliées par le mouvement des chairs. Pirouettes, galipettes, acrobaties, plongeons dissimulent l'explosion de déesses évanescentes. Panoramiques, travellings accompagnent les déplacements des êtres et des regards, quand ce ne sont pas des chevelures et formes qui masquent les fondus de noir, de rouge et d'ombre. Symbiose parfaite de tous les éléments au service d'une adaptation fidèle à la plus grande tradition de la littérature orientale, entre chant et poésie. 

Valérie Hamon

Article paru dans Bref n°27, 1995. 

Réalisation : Florence Miailhe. Scénario : Marie Desplechin et Florence Miailhe. Image et animation : Florence Miailhe. Montage : Catherine Chouchan et Natalie Perrey. Son : Étienne Bultingaire et Antoine Gueben. Musique originale : Denis Colin. Interprétation : Agathe Chouchan. Production : Paris-Plage Productions.

À retrouver dans

Sélections du moment

Autour des sorties

Focus sur...

Thématiques