Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Nice

Maud Alpi

2008 - 26 minutes

France - Fiction

Production : Mezzanine Films

synopsis

Martial, 17 ans, a fugué à Nice pour venir voir sa mère, chanteuse à la vie chaotique. Près de la maison de celle-ci, il rencontre trois femmes : une employée des Assédic, une ancienne camarade de classe et la propriétaire des lieux. Trois fragments d’éducation sentimentale, trois secrets, trois chansons.

Maud Alpi

Née en 1980, Maud Alpi est scénariste et réalisatrice. Elle a tourné plusieurs courts métrages, parmi lesquels Lucas sur terre en 2007 (sélectionné aux festivals de Nice, Pantin et Clermont-Ferrand) et Nice, réalisé l'année suivante et primé trois fois au Festival Côté court de Pantin en 2009 (Grand prix, Prix de la jeunesse et Prix d'interprétation masculine pour Sacha Gorce). Présenté à la Quinzaine des réalisateurs, à Cannes, il obtient aussi le Prix du jury au Festival de Vendôme.

En 2011, Maud Alpi réalise un nouveau court métrage, Courir, puis le moyen métrage Drakkar en 2015. Elle passe alors au long métrage avec Gorge cœur ventre, remarqué au Festival de Locarno et distribué en salles en 2016. Il obtient aussi le Prix Louis-Delluc du meilleur premier film.

Critique

D’elle, il ne reste qu’une tortue. Sylvie Boretta, la mère, l’absente, dont un jeune homme ouvre la boîte aux lettres quasi vide, avant de partir d’un bon pas. C’est le film entier qui va tourner autour de cette figure que l’on ne verra jamais, à travers trois rencontres, dans une ville. Nice. Jusqu’à cette chanson en italien, Perché non ci sei piu (“parce que tu n’es plus là”), qu’elle enregistra un jour et dont les paroles résonnent aujourd’hui fortement dans l’appartement vide.  

Une rupture s’est produite, on n’en saura pas plus. Et le jeune Martial (interprété par Sacha Gorce, impeccable, connu aussi pour son rôle dans Monsieur Lapin de Pascal Cervo) tente de rassembler les pièces du puzzle. 

Pour ce court elliptique et intuitif, Maud Alpi ne lâche rien du corps de son personnage principal, qu’elle filme sous toutes les coutures, de la nuque à la nage méditerranéenne. Un personnage pas toujours aimable, ni complètement désagréable. Un mélange de sécheresse et de douceur, assez inédit, pour définir une adolescence blessée. On pense forcément au titre, allusion à la cité de la Baie des Anges, comme à l’adjectif anglais, signifiant “gentil, aimable, chouette” et recouvrant ici une signification ironique. 

Nice, c’est le portrait d’un fils en quête de mère, mais c’est aussi un dialogue choral. Entre Martial et trois femmes qu’il croise, sans parler de quelques rencontres à la volée, comme cet homme surgi de nulle part, sur une plage, qui lui donne des piles pour son rasoir.  

Mais Nice, c’est aussi le dialogue d’un corps ultra présent avec un corps maternel évanescent, fantomatique. Enfin l’inscription d’un corps dans une ville écrasée par le soleil, mais dépourvue de ses atours touristiques, extrêmement présente elle-aussi dans son propre hors-champ. Martial est souvent cadré en plan serré, la vie urbaine débordant autour de lui. 

Ce qui fait enfin l’originalité du film de Maud Alpi, c’est l’irruption de la chanson par intermittences, et ce sur plusieurs modes. Facon Demy, bien sûr, et façon Honoré aussi (Les chansons d’amour était sorti au cinéma l’année précédente), histoire d’exorciser les peines et les secrets musicalement, furtivement aussi, par des chansons de variété évocatrices (Jean-Jacques Goldman et son totémique Il changeait la vie) et par la chanson de la mère, en une conclusion bouleversante. 

Réalisatrice de plusieurs autres courts métrages remarqués (CourirDrakkar), Maud Alpi surprenait ensuite avec un premier long métrage singulier, Gorge cœur ventre, ou le portrait d’un jeune homme dialoguant avec la mort au sein d’un abattoir, présenté au Festival de Locarno en 2016.

Bernard Payen 

Réalisation, scénario et musique originale : Maud Alpi. Image : Julien Poupard. Montage : Laurence Larre. Son : Philippe Deschamps et Emmanuel Croset. Interprétation : Sacha Gorce, Hong-Mai Thomas, Brigitte Sy, Pascal Giovannetti, Marie Nicolle, Christian Paccoud, Abir Kraiem et Patrick Moya. Production : Mezzanine Films.

À retrouver dans