Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Mission Socrate

Bertrand Lenclos, Jackie Berroyer

2009 - 26 minutes

Fiction

Production : Chaya Films

synopsis

Constatant la décadence croissante et inéluctable de notre société, trois hommes, lors d’une rencontre fortuite au hammam, décident de remonter le temps afin de détourner Socrate de la pratique philosophique, qui semble être la source de cette déchéance.

Bertrand Lenclos

Né le 13 avril 1963.

Diplômé de l’École Nationale de Cinéma Louis Lumière (Promotion 1983 - Paris), Bertrand Lenclos commence sa carrière en composant des thèmes musicaux et en fabriquant des effets sonores pour les longs métrages (Latcho Drom de Tony Gatlif, Les Grandes Familles d’Edouard Molinaro, Bleu et Rouge de Krzysztof Kieślowski, Mad City de Costa Gavras, Le Créateur d’Albert Dupontel ...) pour la publicité et pour le documentaire, le dessin animé et les spectacles vivants.  Musicien irrésistiblement attiré par la scène, il participe à différentes formations en tant qu’auteur, compositeur, comédien et interprète (chant, piano, basse, cymbalum) : Baisers Volés, La Girafe, Kumpania Zelwer, Sergan le Rom. Il participe à l’enregistrement de plusieurs albums pour lesquels il part en tournée en France et en Europe.

À partir de 2001, Bertrand Lenclos franchit le pas de la mise en scène, réalise et produit des documentaires liés aux voyages, à la nature, et à l’environnement, des clips pour la télévision, des captations de spectacle et des films de fiction : Mission Socrate (2009), Clonk (2010), La Chambre Blanche (2014). En 2016, monte L’envol avec Léon Lenclos et participe en tant que compositeur et interprète à Fleur, nouveau spectacle de Fred Tousch. 

Jackie Berroyer

Né le 24 mai 1946 à Reims, Jackie Berroyer débute comme dessinateur industriel, métier qu'il abandonne à 25 ans pour devenir, au milieu des années 1970, critique rock à Charlie Hebdo.

À partir des années 1980, sa plume caustique et son flegme lui valent d'être très sollicité dans le milieu du cinéma par les réalisateurs en quête de dialogues incisifs. Mais c'est surtout grâce à ses interventions de standardiste décalé dans l'émission phare de Canal+, Nulle part ailleurs, qu'il accède à la popularité au milieu des années 1990. Touche-à-tout, Jackie Berroyer est également écrivain et publie en 1992 La femme de Berroyer est plus belle que toi, connasse, qui sera adapté au cinéma en 1997 par Arnold Barkus, sous le titre de Tempête dans un verre d'eau. Jackie Berroyer y incarne l’un des rôles principaux.

Il tient la rubrique du courrier des lecteurs dans Philosophie magazine, où il répond avec humour et esprit. Chroniqueur sur Canal+, scénariste et écrivain confirmé, Jackie Berroyer s'impose comme une figure marquante du jeune cinéma d'auteur français. Il monte aussi sur les planches début 2006, puis à nouveau en 2007, dans Ma vie de jolie fille, spectacle mi-parlé, mi-chanté où il démontre son talent, seul en scène.

Il tourne pour beaucoup de réalisateurs reconnus, notamment dans Le péril jeune de Cédric Klapisch (1993), La journée de la jupe de Jean-Paul Lilienfeld (2005), Nos plus belles vacances de Philippe Lellouche (2012), Enfermés dehors d’Albert Dupontel (2006), Mobile home de François Pirot (2012), ou encore Chercher Hortense de Pascal Bonitzer (2012),

En 2019, il retrouve Albert Dupontel pour Adieu les cons et tourne dans La vérité de Hirokazu Kore-eda.

Depuis de nombreuses années, Jackie Berroyer joue également dans de nombreux courts métrages. Il a co réalisé avec Bertrand Lenclos Mission Socrate (2009), dans lequel il tenait aussi un petit rôle. On l'a vu également dans Cajou (2017) et La maison (pas très loin du Donegal) (2019) de Claude Le Pape, ainsi que dans Le malheur des autres de Barbara Schulz ou encore, tout récemment, À la mer de David Bouttin (2020).

Critique

Il fut un temps où l’on évoquait à tout va – et concernant les courts métrages notamment – un certain “esprit Canal”. Puis, tandis que la chaîne cryptée se normalisait, que l’impertinence s’y délitait dans la provocation programmée, la notion fit long feu (NDLR : ce texte, très légèrement remanié, fut rédigé en janvier 2011). On en retrouve des traces – jubilatoires – dans ce film réalisé par Bertrand Lenclos. Et ce n’est finalement pas un hasard si Jackie Berroyer, jadis standardiste hirsute de Nulle part ailleurs, y apporte sa caution, comme coréalisateur. Pour le spectateur, sa présence raccorde naturellement Mission Socrate au souvenir des Nuls (l’esthétique, détournée, de dramatique télé) ou des Robins des bois (l’anachronisme, l’humour navrant). Dans ce film déclinant à l’écran l’éloquence délirante d’un Cabaret philosophique déjà croisé sur scène ou sur Internet (voir sur Dailymotion quelques sketches hilarants sur le réchauffement climatique), Fred Tousch, Laurent Petit et Arnaud Aymard incarnent trois “intellectuels” se rencontrant au hammam et décidant de remonter le temps pour régler son compte au responsable présumé des maux de notre époque : Socrate.

Postulat de départ aberrant, prétexte à un festival de joutes philosophiques absurdes et d’approximations comiques semblant n’avoir pour finalité que le plaisir du jeu et du bon mot (on pense aussi pas mal, côté bande dessinée, à Gotlib). Avec ce passage au cinéma, les disputes savantes du trio gagnent un allant et une cinégénie (découpage soigné, noir et blanc élégant, attention prêtée aux corps et aux postures) dont les captations réalisées par Lenclos pour le Web ne s’embarrassaient pas vraiment.

Stéphane Kahn

Article paru dans Bref n°96, 2011.

Réalisation : Jackie Berroyer et Bertrand Lenclos. Scénario : Arnaud Aymard, Fred Tousch, Laurent Petit, Jackie Berroyer et Bertrand Lenclos. Image : Thomas Letellier. Montage et musique originale : Bertrand Lenclos. Son : Pascal Desprès. Interprétation : Fred Tousch, Arnaud Aymard, Laurent Petit, Matin Petit-Guyot, Jean-François Picotin et Jackie Berroyer. Production : Chaya Films.

À retrouver dans

Focus sur...

Bonus

Rencontre avec Bertrand Lenclos