Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Love is Blind

Dan Hodgson

2015 - 6 minutes

Royaume-Uni - Fiction

Production : Bird Flight Films

synopsis

Alice se lance dans une étreinte fougueuse avec son jeune amant, succombant finalement à la tentation. Ils seront cependant vite surpris en entendant son mari, James, rentrer exceptionnellement tôt. Alice va ainsi se retrouver sur un terrain miné à jongler entre la sauvegarde de son mariage et l’urgente évacuation de son amant.

Dan Hodgson

Dan Hodgson est un jeune réalisateur, scénariste et monteur britannique.

Il réalise des publicités avant de se faire connaître grâce à différents courts métrages, tels Are You Albert ? (2013), Corinthian (2014) ou Love is Blind (2015). Ce dernier est présenté dans de nombreux festivals et se retrouve en lice pour la Palme d’or du meilleur court métrage au Festival de Cannes en 2015. Il remporte le Grand prix de la compétition européenne au Festival Fenêtres sur courts de Dijon la même année.

Critique

Avec Love is Blind, en lice pour la Palme d’or du court métrage au Festival de Cannes 2015, Dan Hodgson signait, non sans un certain génie comique, une comédie anglaise débridée revisitant la figure classique du triangle amoureux  : épouse, mari, amant. 

Six minutes, c’est bien souvent trop peu pour établir des personnages, esquisser une intrigue et faire rire le public. C’est pourtant avec une facilité déconcertante qu’Hodgson compose avec ces éléments, afin d’aboutir à un scénario bien ficelé, à base de double langage, volte-face et art de la chute. Un mélange ludique et amusant, qui déjoue les attentes du spectateur.  

Quand son mari rentre plus tôt que prévu pour essayer de se faire pardonner de sa récente infidélité et de son manque d’attention, Alice se retrouve dans une situation compromettante. Au beau milieu d’un champ de mines émotionnel, elle est à la fois troublée par la culpabilité de sa propre infidélité, face à son mari qui cherche la réconciliation, et par l’orchestration simultanée de l’évasion urgente de son amant en arrière-plan. La surdité de l’époux comme ressort comique donne lieu à une dynamique de scénario inédite. Tout un pan de l’histoire peut alors se raconter hors champ, ou dans le dos du mari. Cette particularité provoque une double lecture et laisse la place à des scènes cocasses, pleines d’humour de situation, jonglant entre le positionnement des corps et les échanges des trois personnages. 

On remarquera également cette volonté d'inclure un personnage avec un handicap physique sans centrer le film autour de lui, ni chercher d’aucune manière à susciter la sympathie du public. Normaliser la déficience auditive, voire encourager à en rire, semble être une démarche risquée, mais évite une tournure caricaturale au film. En somme, la mise en scène est croustillante, l’humour frais et le jeu d’acteurs excellent  : il y a beaucoup de choses à aimer dans Love is Blind  ! 

Léa Drevon 

Réalisation et scénario et montage : Dan Hodgson. Image : Adrian Marciante. Interprétation : Sophie Allen, Will Best et Ace Mahbaz. Production : Bird Flight Films.

À retrouver dans