Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Les vacances de la loose

Manon David

2019 - 4 minutes

France - Animation

Production : La Poudrière

synopsis

Alors que ce premier jour de vacances s’annonçait génial, Touftouf, le lapin domestique, s’enfuit au grand désespoir de Clara, 7 ans. Kevin, 15 ans, lui, n’a qu’une hâte : retrouver Roxane, son amour de vacances de l’an passé. Mais Roxane va lui poser… un lapin !

Manon David

Manon David réalise son premier film en autodidacte avant d'intégrer un DMA en cinéma d'animation à Paris, puis l'école de La Poudrière à Valence où elle réalise son film de fin d'études, Les vacances de la loose (2019), avec la participation d'Arte.

Elle signe également L'anniversaire de Tom (2019) pour l'opération “Les espoirs de l'animation” de la chaîne jeunesse Gulli.

No Future est son prochain projet de court métrage, comédie dramatique montrant par le prisme de l'humour la difficulté qu'ont les jeunes d'aujourd'hui à se projeter dans l'avenir, que ce soit économiquement, écologiquement ou sentimentalement.

Critique

Les vacances d’été, on les attend toujours avec une pieuse impatience. Surtout à l’enfance ou à l’adolescence, et pour des raisons sensiblement différentes. Et pourtant, ce n’est pas toujours ce qu’on croit. Les espoirs s’effondrent possiblement, des illusions s’envolent, on fait alors son apprentissage du réel. La lose est toujours potentiellement à portée de main – avec deux o, comme pour enfoncer le clou (ou le cloo ?), dans le titre de ce film de fin d’études de La Poudrière signé d’une très jeune artiste. 

Ça commence mal, du reste, pour Kévin et Clara, un frère et une sœur qui se chamaillent comme il se doit à l’arrière de la voiture de leurs parents. La situation est universelle : on s’asticote d’autant plus qu’on est pressé d’arriver, les noms d’oiseaux et les gros mots volent, avant que papa et/ou maman, dont la patience a des limites, finissent par hausser le ton. Mais tout cela n’a aucune importance, puisqu’on s’apprête à savourer sa villégiature, si attendue, en bord de mer ! Sauf que… Roxane, la petite nana de l’an dernier, aperçue en vélo depuis la vitre du véhicule avant même d’arriver, ne répond plus aux textos d’un Kévin toujours enamouré et lui pose, pour leur rendez-vous nocturne, un lapin. Un vrai, sévère, qui irrite encore plus l’ado velléitaire qui se fichait de sa cadette alors qu’elle avait elle-même perdu le sien, de lapin… Touftouf s’est en effet fait la malle dès la famille descendue de bagnole. Auparavant, on aurait presque pensé que c’était une peluche, un doudou, l’un de ces compagnons transitionnels baladés partout. Mais on avait bien identifié la cage sur la banquette, entre le duo de frère et sœur/chien et chat. Retrouvera-t-on la bestiole barrée ? 

En moins de quatre minutes, dans un contraste chromatique entre les rosés du soir écrasé de chaleur et les bleutés d’une nuit plus fraîche, un garçon et une fille grandissent. Au gré d’une perte, sinon d’un deuil. Des micro-événements sous le soleil ou la lune, mais fondamentaux dans de jeunes existences. C’est ce qui est drôle et digne de compassion à la fois : la lose n’a pas fini de s’inviter dans le futur de ces deux-là, c’est même le propre de la condition humaine. Il faut apprendre à s’adapter, et Touftouf lui-même commencera peut-être, en liberté, une nouvelle vie pleine d’imprévus… 

Christophe Chauville 

Réalisation, scénario et image : Manon David. Montage : Antoine Rodet. Animation : Manon David et Mathilde Roy. Son : Flavien van Haezevelde et Yoann Veyrat. Interprétation : Enzo Aunave, Anne-Sophie Rey, Nicolas Hu et Mathilde Petit. Production : La Poudrière.