Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Les baigneuses

Lucile Prin, Anaïs Le Berre

2018 - 24 minutes

Fiction

Production : 10:15 Productions !

synopsis

Annick, Nicole et Marie-Claire sont les reines de Traon Erch’, une petite plage du Finistère. À près de soixante-quinze ans, ces dames sont accros à la baignade en eau de mer et nagent tous les jours, été comme hiver. Un matin, Jeanne débarque dans leur petit coin de paradis.

Lucile Prin

Après un BTS audiovisuel et une licence de cinéma, Lucile Prin co-réalise avec Anaïs Le Berre, en 2014, une série de courts métrages tournés au Chili, dont La route du bout du monde qui est diffusé sur Arte, reconnu et primé en festivals. 

Elle renouvelle en 2018 sa collaboration avec Anaïs Le Berre sur le court métrage Les baigneuses, produit par SMAC Productions et qui reçoit le Prix du public au Festival Silhouette. 

Lucile Prin travaille aujourd’hui sur la postproduction d'un documentaire tourné en 2019 en Amazonie ainsi que sur son prochain court métrage : Boréal.

Anaïs Le Berre

Après un BTS audiovisuel en image à Boulogne-Billancourt, Anaïs Le Berre poursuit ses études en cinéma à l'Université Paris 3.

Elle coréalise La route du bout du monde (2015) et Les baigneuses (2018) avec Lucile Prin. Ces films sont diffusés et primés dans de nombreux festivals, en France et à l'étranger. En 2019, elle réalise Retour à la nuit avec Philibert Gau.

Elle prépare actuellement son premier long métrage.

Critique

Sur une plage du Finistère, Jeanne rencontre trois amies dans la fleur de l’âge. 

S’inscrivant dans une tradition picturale qui va de Gustave Courbet à Paul Cézanne, Les baigneuses donne lieu à une représentation inédite de la vieillesse. Généralement peu exposé, ou alors sous un jour guère favorable, le corps âgé est ici sublimé par le regard attentif et bienveillant du duo de réalisatrices, à travers des cadres savamment composés et des gros plans semblables aux dessins préparatoires d’un tableau. Il trouve également grâce aux yeux des personnages, que ce soit à travers le portrait flatteur que Jeanne fait de ses camarades ou les compliments qu’elles s’échangent régulièrement sur leur physique. Non seulement leur corps est beau et en bonne santé, à l’âge où il apparaît le plus souvent malade et dysfonctionnel, mais il est aussi désirant comme en témoigne la scène où les baigneuses draguent deux jeunes sauveteurs. Ces dernières font d’ailleurs preuve d’une grande autodérision quant à leur vieillissement (“Alzheimer qui nous guette”, plaisante l’une d’entre elles).  

Cette légèreté provient également de l’eau, qui possède des vertus cathartiques permettant aux personnages de dépasser leurs traumatismes. La caméra capture le bien-être procuré par la baignade en s’attardant sur leurs sourires béats, n’hésitant pas à plonger avec elles sous la surface ondoyante de l’eau et adoptant même le point de vue d’une nageuse au bord du malaise. Le film, prenant tout entier la forme d’une esquisse, ne montrera presque rien de cet accident, ni de la disparition d’un homme, résumée par un travelling latéral sur l’attente inquiète des habitants pendant la recherche du corps. Les deux réalisatrices traitent ainsi de la mort avec une complexité rare, oscillant entre drame et comédie. Dans ce conte des quatre saisons, les rapports humains se réchauffent à mesure que monte la température de l’eau : s’examinant d’abord de loin, les femmes vont ainsi lentement se rapprocher jusqu’à la déclaration d’amitié finale de Jeanne, qui dévoile à ses amies le dessin qu’elle a réalisé. La dimension documentaire du film (inspiré par quatre baigneuses de la plage de Traon Erc’h en Bretagne, qui incarnent ici leur propre rôle) ne rend que d’autant plus fort et sincère ce témoignage de sororité. 

Chloé Cavillier 

Réalisation, scénario et montage : Anaïs Le Berre et Lucile Prin. Image : Guillaume Delsert. Son : Antoine Viallefond. Interprétation : Janine Ferrette, Françoise Jézéquel, Marie-Pierre Mathécade et Sabine Piatkowski. Production : 10:15 Productions ! et SMAC. 

Avec le soutien de la 

À retrouver dans

Bonus

Entretien avec la compositrice des Baigneuses