Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Haut les cœurs

J-20

Adrian Moyse Dullin

2021 - 15 minutes

France - Fiction

Production : Punchline Cinéma

synopsis

Kenza, 15 ans, et son petit frère Mahdi, 13 ans, se mettent régulièrement en scène sur les réseaux sociaux dans une escalade de petites cruautés et d’humiliations. Aujourd’hui, lors d’un trajet en bus, Kenza met son petit frère, naïf et romantique, à l’épreuve : faire une déclaration d’amour, maintenant, à Jada, une fille que Mahdi aime, mais qui ne le connaît pas. Mis sous pression par sa sœur, Mahdi finit par y aller.

Adrian Moyse Dullin

Adrian Moyse Dullin, né à Lyon, est diplômé en philosophie, en lettres modernes et de l'IEP de Grenoble.

Produit par Punchline Cinéma, son premier film, Haut les cœurs, connaît en 2021 et 2022 un parcours exceptionnel. D'abord sélectionné en compétition officielle des courts métrages au Festival de Cannes, il circule dans plus de 200 festivals internationaux et y reçoit plus de 40 prix.

Parmi eux, citons le Prix spécial du jury à “Un festival c’est trop court !”, à Nice, le Prix du jury du Festival international du film de Saint-Jean-de-Luz, le Prix des collégiens au Festival Tous Courts d’Aix-en-Provence et un triplé au Festival Premiers Plans Angers : Grand prix du Jury, Prix du public et Prix Adami d’interprétation féminine. Il est également présélectionné au César 2023 du meilleur court métrage de fiction.

Adrian Moyse Dullin écrit actuellement un long métrage autour du sentiment amoureux en résidence au Groupe Ouest.

Critique

Le réalisateur a choisi comme titre une exhortation au courage dont son personnage principal, Mahdi, a grand besoin pour braver ses appréhensions et la pression dont il fait l'objet. Mais le sens de ce titre semble également provoquer le déluge de cœurs virtuels que provoque la retransmission en direct de l'action sur Snapchat. Dévoiler sur ce réseau social ce que Mahdi a écrit de plus intime - un poème d'amour adressé à Jada, une fille de son collège -, c'est en effet le moyen que sa sœur, Kenza, a trouvé pour se venger de lui et le tourmenter. 

Car loin de l’aspect anodin de ces petits cœurs rose bonbon qui apparaissent sur les publications mises en scène dans le film, cette exposition sur tous les smartphones provoque le désarroi de celui qui s’y retrouve “affiché”, selon l’expression des personnages, d’ailleurs très explicite quant à la brutalité de ce dévoilement.

Adrian Moyse Dullin, qui signe ici son premier film, a choisi en outre de mettre en scène cette menace virtuelle dans un contexte de pression réelle, avec la promiscuité de l’espace d’un bus qui contraint à serrer les cadres, ainsi qu’un voyage dont le temps se divise en arrêts successifs, le suivant risquant toujours d’être celui auquel descend Jada. Devant ce compte à rebours que Kenza et sa copine ne se privent pas de dramatiser, Mahdi, d’ailleurs entré dans le film par une course effrénée, se retrouve sommé d’agir. La musique de Vivaldi qui ponctue le film accentue également le décalage entre l’apparente trivialité du contexte et l’intensité dramatique ressentie par l’adolescent.

Après quelques péripéties tragicomiques, écartelé entre les injonctions contradictoires assenées par les deux jeunes filles, de “faire le bonhomme” ou “d’être lui-même”, aux prises avec les mots qu’il ne maîtrise pas et les images qu’on lui vole, c’est en effet par un geste théâtral, genou à terre, que Mahdi reprend le contrôle de la situation et déclare ses sentiments à Jada. C’est également par un geste provocateur que la jeune fille va trouver la parade pour répondre à la demande de Mahdi sans qu’on la soupçonne de l’avoir acceptée. Et c’est encore par un geste que l’amie de Kenza, Aïssatou, se déclare également, mouvement de sincérité esquissé avec un art certain du hors-champ, justement au moment où les caméras et les regards se focalisent sur Mahdi et Jada.

Grâce à leur sens de la mise en scène, les trois adolescents bravent ou contournent ainsi des caméras inquisitrices utilisées comme des instruments d’emprise et d’enregistrement littéral et univoque, mais auxquelles échappe finalement la complexité du réel... Avec ce court métrage qui mêle différents régimes d’images, entre drame social et teenage movie, le cinéma nous raconte cette complexité.

Anne-Sophie Lepicard

Article paru dans Bref 127, 2022.

Réalisation : Adrian Moyse Dullin. Scénario : Adrian Moyse Dullin et Emma Benestan. Image : Augustin Barbaroux. Montage : Pierre Deschamps. Son : Colin Favre-Bulle, Tristan Pontecaille et Paul Jousselin. Interprétation : Yasser Osmani, Aya Halal, Ramatoulaye N'Dongo et Sanya Salhi. Production : Punchline Cinéma.

À retrouver dans

Sélections du moment

Bonus

Interview d’Adrian Moyse Dullin