Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Eût-elle été criminelle...

Jean-Gabriel Périot

2006 - 10 minutes

France - Documentaire

Production : Envie de Tempête Productions

synopsis

France, été 1944, à la Libération.

Jean-Gabriel Périot

Né en 1974, Jean-Gabriel Périot a réalisé une vingtaine de courts métrages (films de montage, fictions, animation) en développant son propre style de montage.

Son travail questionne de manière récurrenteles thèmes de la violence et de l’Histoire. Des films tel qu'Eût-elle été criminelle... (2005), 200 000 fantômes (2006) ou The Devil (2012) ont été sélectionnés et primés dans de nombreux festivals internationaux.

En 2015, il réalise son premier long métrage Une jeunesse allemande revenant sur les premières années de la Fraction Armée Rouge. Le film a fait l’ouverture de la section Panorama au Festival de Berlin, avant d’être sélectionné et primé dans une centaine de festivals à travers le monde. Il continue d’interroger l’Histoire avec sa première fiction centrée sur Hiroshima et tournée au Japon, Lumières d’été, long métrage dévoilé en première mondiale au Festival de San Sebastian en 2016.

Nos défaites est ensuite présenté à la Berlinale, dans la section Forum, en 2019.

En 2022 sort Retour à Reims (fragments), nouveau documentaire de montage présenté l'année précédente à la Quinzaine des réalisateurs, au Festival de Cannes, et dont l'actrice Adène Haenel assure la voix de narration.

Critique

­Eût-elle été criminelle...

Véritable classique de la forme courte, le titre de ce film aussi bref que cinglant n'est pas interrogatif. Les trois petits points ouvrent sur les 9 minutes, mais aussi une phrase d'une heureuse lucidité, écrite par Jean-Paul Sartre dans le journal Combat le 2 septembre 1944 : “Eût-elle été criminelle, ce sadisme moyenâgeux n'en eût pas moins mérité le dégoût.” On peut être assez certain que Jean-Gabriel Périot n'a pas eu peur d'un aussi long titre, mais qu'il entend plutôt produire un déplacement pour le spectateur à travers le turbulent montage des images et des sons (de la musique), pour le faire cheminer, afin qu'il finisse la phrase de lui-même, éventuellement autrement.

Eût-elle été criminelle... s'ouvre sur une franche et triomphale Marseillaise, qui va subir comme les images un mouvement de déstructuration. On perçoit un banquet républicain enfumé : des hommes, des hommes, rien que des hommes, sans doute des vins et liqueurs. Une moyenne d'âge élevée, certains avec des écharpes tricolores, on perçoit même la calotte pourpre d'un haut-dignitaire religieux catholique. Puis la Nation défile fièrement à travers ses corps : élus, justice, clergé, combattants... Cette belle unité célèbre la victoire devant une foule en liesse. Si le tout est déjà fort malsain, voici pour les images d'Épinal, que Périot va donc s'attacher à déconstruire. Comme des bribes de souvenirs prises dans un montage frénétique, le film défait, déconstruit donc, en avançant à rebours, comme le faisait déjà Undo, réalisé l'année précédente. Le cinéaste monte ici court, très court, faisant défiler les événements en accéléré, tandis que le chant de ralliement à la Libération devient une rumeur hébétée, une boucle synthétique bégayante.

Quand La Marseillaise reprend son souffle et le montage un rythme beaucoup moins soutenu, le film tient son horizon : la vengeance et l'humiliation, et au-delà : le terrible visage de l'humanité. Ce dernier ne réside pas en celui des tondues, ces femmes ainsi traitées pour avoir fauté avec l'ennemi (ou plutôt : le vaincu). Il se dévoile dans cette foule expiant ses propres frustrations et lâchetés par le rire, la moquerie, la violence et la méchanceté. Pour en extraire le sens, Périot opère une manipulation du matériau archivistique en allant chercher ce qui se trouve dans les périphéries des images, ces visages pris dans la jouissance de leur pouvoir sur des corps réifiés, version au XXe siècle des bûchers de sorcières. Ce visage de l'humanité qui, comme une hydre invincible, ne cesse de ressurgir. Ce n'est pas en mars 2022 que l'on dira le contraire.

Arnaud Hée

Réalisation, scénario, montage et son : Jean-Gabriel Périot. Production : Envie de Tempête Productions.

À retrouver dans

Sélections du moment

Autour des sorties

Thématiques