Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Charlot fait une cure

Charles Chaplin

1917 - 24 minutes

États-Unis - Fiction

Production : Mutual

synopsis

Charlot, un vrai poivrot, vient faire une cure thermale, mais il éprouve une répulsion certaine pour l’eau bénéfique. À peine a-t-il échappé aux mains d’un masseur sadique qu’il découvre que sa précieuse collection de bouteilles a été vidée dans la source… pour la plus grande satisfaction des curistes !

Charles Chaplin

Après une enfance vécue dans une grande pauvreté en Angleterre, Charles Chaplin (né à Londres le 16 avril 1889) connaît très jeune le succès, d’abord dans le monde du cabaret et du music-hall, puis à Hollywood à partir de 1914. Pour gagner sa vie (1914) est le premier film dans lequel il apparaît et c’est dans Charlot est content de lui (1914) que son célèbre personnage voit le jour. “Charlie” Chaplin continue en réalisant lui-même ses films, environ un par semaine, dans un genre proche du slapstick traditionnel, mais à l’action moins resserrée, plus lente.

Charlot artiste peintre, Charlot papa, Charlot boxeur, Une vie de chien (pour lequel il compose pour la première fois la musique), Charlot soldat, Charlot émigrant… On compte près de soixante courts métrages qu’il écrit, réalise et interprète, jusqu’à son premier long métrage, Le kid, en 1921. Le thème de la pauvreté y revient souvent. Les films mêlent ainsi le comique et le pathétique, dépassant de plus en plus le genre du slapstick pour donner un regard personnel sur le monde et la société, notamment inspiré des souvenirs de l’enfance du réalisateur.

On sait que l’avènement du cinéma parlant fut d’abord difficile pour Chaplin. Mais dans Les lumières de la ville (1931) et Les temps modernes (1936), il n’a pas abandonné son amour pour la pantomime, ce langage universel. C’est seulement avec Le dictateur (1940) qu’il passe au cinéma parlant, et donne à ses films une vision de plus en plus politique, mais en même temps toujours surpassée par la poésie. Cette vision lui est reprochée dans les années 1950 par les autorités américaines, qui y voient des sympathies pour le communisme.

Charlie Chaplin, avec sa dernière femme Oona O’Neill, se voit contraint de passer le reste de ses jours en Suisse, réalisant plusieurs films en Europe (comme, en 1967, La comtesse de Hong-Kong, son seul film en couleur), jusqu’à sa mort, au matin du 25 décembre 1977. 

 

Critique

Si le rire a quelque chose d’essentiellement humain, ses ressorts s’ancrent eux-mêmes dans l’humanité la plus élémentaire. Charles Chaplin, mais aussi Buster Keaton, Harold Lloyd ou Max Linder, l’avaient déjà compris : c’est en investissant des démarches instinctives qu’un décalage comique se forme. Autrement dit, en se détournant de l’attente rattachée aux lois naturelles ou aux règles sociales, l’être comique suscite le rire en humiliant les prérequis de la vie (sociale). Il semble vivre à la marge des conventions, d’où son caractère a priori puéril, et fait du jeu un spectacle permanent. Chaplin, marqué dans son enfance par la misère et les privations, refuse néanmoins de faire du comique le lieu d’une fantaisie superflue ou d’une réflexion abstraite : il en fait la sphère d’exposition universelle des travers les plus communs.

Charlot fait une cure (The Cure, 1917) évoque l’abus d’alcool. Rares sont les films de Chaplin dans lequel le protagoniste apparaît si désaxé. Au sens littéral et physique, avant tout : Charlot arrive dans un hospice pour y subir de force une cure de désintoxication, sa façon de marcher témoignant d’une ivresse indéniable. Il manque sans cesse de chuter, de faire tomber ou de blesser les autres, d’échapper au personnel de la station thermale qui veut lui faire reprendre le “droit chemin”. Or, rien n’est droit dans la démarche du curiste. C’est au contraire la figure du cercle que le film aborde pleinement (forme de la fontaine de jouvence, mouvement de la porte tambour, chapeaux ronds portés par les personnages, trajectoire circulaire à travers les décors, etc.). C’est mentalement que le personnage est pris au piège de l’alcool : il est “rond”. La mécanique de l’ivresse agit bientôt, le comique de répétition se confondant avec le comique de situation, sur l’ensemble des personnages.

Le talent comique de l’acteur-réalisateur est à son apogée : la maladresse du personnage est proportionnelle à la maîtrise que Chaplin a de sa gestuelle, de ses expressions faciales et de sa mise en scène. Chaplin traite ici de l’ivresse pour mieux défier la loi de la gravitation. Son corps surprend : tout en indiquant un état psychique proche de l’hallucination, il semble survoler l’espace. De leur côté, les objets (bouteilles de spiritueux, mégot de cigarette) abordent des trajectoires très précises qui défient toute réalité physique. Redéfinissant les frontières entre maladresse et dextérité, entre réalité et magie, Chaplin joue aux confins de la lucidité. Face à un masseur qu’il perçoit comme décidé à le martyriser, Charlot fait ainsi preuve d’une délicieuse facétie relevant de la ruse.

Les films de Chaplin n’omettent jamais la dimension romantique. Qu’il joue le fameux vagabond (créé dès 1914) ou d’autres types de personnages les années suivantes (soldat, vitrier, chercheur d’or, etc.), sa particularité première s’avère même d’adjoindre constamment le sentiment amoureux à la comédie la plus percutante. Charlot fait une cure ne fait pas exception : l’alcoolique que joue Chaplin n’a d’yeux que pour une femme, jouée par Edna Purviance. Il y a dans le sentiment amoureux chez Chaplin ce par quoi l’humain se transforme et ce qui peut, malgré toutes les tentations, le sauver de lui-même.

Mathieu Lericq

­Réalisation et scénario : Charles Chaplin. Image : William C. Foster et Roland Totheroh. Musique : Alan Roper. Interprétation : Charles Chaplin, Edna Purviance, Eric Cambell, Henry Bergman, Albert Austin, Frank Coleman, James Kelly, Janet Miller Sullivan. Production : Mutual.

À retrouver dans

Thématiques