Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Chasse Royale

Lise Akoka, Romane Guéret

2016 - 28 minutes

Fiction

Production : Les Films Velvet

synopsis

Angélique, 13 ans, vient d’une famille nombreuse de la banlieue de Valenciennes. Ce jour-là dans son collège, on lui propose de passer un casting.

Lise Akoka

Lise Akoka a suivi un cursus universitaire de psychologie et une formation de comédienne, au Conservatoire du XIIIe arrondissement et à l'école du Studio d'Asnières. Elle découvre ensuite dans la pratique du casting et du coaching enfant, pour le cinéma, le moyen de faire converger ses deux centres d’intérêt. Elle a travaillé sur plusieurs longs métrages, dont Suzanne de Katell Quillévéré, Mercuriales de Virgil Vernier et Le nouveau de Rudi Rosenberg.

Chasse Royale est sa première réalisation et sa première collaboration avec Romane Guéret, avec qui elle a aussi réalisé le clip de Tu es partout de Pauline Croze en 2018, la série documentaire Hobbies pour Canal+ (2019) et un programme court disponible sur Arte.tv : Tu préfères (2019). 

Chasse Royale remporte de nombreuses récompenses en festivals, comme le Prix Illy à la Quinzaine des réalisateurs, au Festival de Cannes 2016, et le Prix du meilleur court métrage au FIFIB, le Festival international du film indépendant de Bordeaux la même année. Il est également nommé aux César 2017 et sélectionné en compétition au Festival du court métrage de Clermont-Ferrand 2017. 

Romane Guéret

Après des études de cinéma à la Sorbonne, Romane Guéret fait ses premiers pas vers la réalisation sur les tournages aussi bien en tant qu’assistante réalisatrice, qu’assistante casting ou cadreuse pour la télévision. Elle a notamment travaillé sur le tournage de Des lendemains qui chantent de Nicolas Castro, Sous X de JMC, et du Nouveau de Rudi Rosenberg.

Chasse Royale est son premier film et sa première collaboration avec Lise Akoka, avec qui elle a aussi réalisé le clip de Tu es partout de Pauline Croze en 2018, la série documentaire Hobbies pour Canal+ (2019) et un programme court disponible sur Arte.tv : Tu préfères (2019). 

Chasse Royale remporte de nombreuses récompenses en festivals, comme le Prix Illy à la Quinzaine des réalisateurs, au Festival de Cannes 2016, et le Prix du meilleur court métrage au FIFIB, le Festival international du film indépendant de Bordeaux la même année. Il est également nommé aux César 2017 et sélectionné en compétition au Festival du court métrage de Clermont-Ferrand 2017. 

Critique

Le Festival de Cannes est une bulle où de nombreux critiques tombent malades. En 1955, dans les Cahiers du cinéma (n°44), André Bazin trouvait pour eux un antidote : « ne jamais réduire le cinéma à ce qu’il exprime ». Gare à la superficialité. Ne pas juger un film à son contenu, à sa nationalité (comme s’il y avait un éternel du film espagnol...), à son genre. Voyez Chasse Royale : film français présenté à la Quinzaine des réalisateurs au dernier Festival de Cannes, docu-fiction, portrait, teen movie sous influence d’un cinéma social (type Loach) à la caméra agitée (type Dardenne). On pourrait sauter une ligne, se laver les mains, s’arrêter là, signer. Merci. Et au revoir. Chasse Royale mérite mieux.

Au départ, le projet des réalisatrices, Lise Akoka et Romane Guéret, paraît on ne peut plus simple : mettre en scène le quotidien d’une adolescente scolarisée au collège Chasse Royale de Valenciennes. La caméra suit la jeune fille agressive vivant dans un milieu défavorisé. Elle ne la quitte jamais. Elle colle à ses pas, à sa course effrénée ; elle la surplombe ou l’encadre dans le décor du nord de la France : cités, ronds-points et sorties d’autoroute, couloirs et cour d’un collège-usine. À mi-parcours de ce portrait d’une jeune fille contemporaine, un autre film embraye. Dans l’établissement scolaire, des réalisatrices font passer des auditions et Angélique, la jeune fille, sans trop y croire se présente face à la caméra et va finalement se prendre au jeu, tant et si bien que ce casting, film dans le film, en doublant l’énoncé du réel d’une épaisseur fictionnelle, brise l’effet de réel-documentaire. Chasse Royale, ne serait-ce que pour cette trajectoire boomerang, oscillant entre le vrai et le faux, mérite le détour. Entre le film de fiction qui se donne pour un documentaire, et le casting – inspiré par les premiers repérages – qui réintroduit de la fiction, deux mondes antinomiques, le réel et la fiction, deux énoncés – celui effacé des réalisatrices encore inconnues désirant tourner un film et celui d’une marginale – se nourrissent l’un de l’autre et s’entre-dévorent. Chasse Royale a quelque chose du film performance, un work in progress qui ne stigmatise jamais la jeunesse. Quant à son personnage, Angélique figure avant tout la marge, une « zone idéologique libérée » (Serge Daney) et ranime le mythe cinématographique de l’enfant sauvage. Ce n’est pas l’énergie du personnage qui compte ici, mais plutôt la capacité de la jeune femme – l’actrice débutante – à incarner un protagoniste intemporel, éphémère, émouvant et hors cadre, symbole de l’errance, de l’insouciance et de fragilité. Déjouant le piège du film social, Lise Akoka et Romane Guéret s’inscrivent avec ce premier court métrage dans les pas des grands : de François Truffaut (Les quatre cents coups), de Ray Ashley et Morris Engel (Le petit fugitif) ou encore de Bill Douglas.

Donald James

Article paru dans Bref n°120, 2016.

Réalisation et scénario : Lise Akoka et Romane Guéret. Image : Éric Dumont. Son : Guillaume Pellerin, Boris Chapelle et Marc Doisne. Montage : Albertine Lastera. Interprétation : Angélique Gernez, Eddhy Dupont, Félicia Corpet, Dhalia Humbert et Julie Lhomme. Production : Les Films Velvet.

À retrouver dans