Revenir aux actus
Festivals
21/06/2017

Le beau palmarès du 25e festival Le court en dit long

Plus que jamais fidèle à leur formule d'origine – Le court en dit long –, les festivités filmiques francophones du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris se sont déroulées du 5 au 10 juin, toujours avec la même alacrité et diversité (animation et fiction). Des films d'hier et d'aujourd'hui – voire de demain –, teintés le plus souvent d'humour et d'humanisme, agrémentés même en final d'un ciné-concert très applaudi composé d'affriolantes bandes belges en noir et blanc du temps du muet, "Monsieur Fantômas" d'Ernst Moerman (1937) et "Fièvre" de Louis Delluc (1921), accompagnées au piano.

À l'ère de la mondialisation, la liste des heureux lauréa(t)es était, comme il convient, convivialement cosmopolite. Ainsi, dans la catégorie Films d'écoles et d'ateliers, le Grand prix du jury, Paul est là (photo ci-contre) les désarrois d'une jeune femme esseulée, confrontée au retour impromptu d'un ancien soupirant s'invitant sans vergogne dans son logis pour partager son quotidien. Conçu, scénarisé et réalisé avec brio par Valentina Maurel, native du Costa Rica, cette comédie acerbe, aigre-douce, vraiment bien inspirée, venait tout juste de décrocher le Grand prix de la Cinéfondation, sur la Croisette.

Dans #Burning, de Nathalie André, une bande de glandeurs ados trompe son ennui un dimanche caniculaire dans un coin perdu des Ardennes en roulant à mobilette (on songe à des Vitelloni motorisés), taquinant tantôt une biche en cavale, tantôt une gamine en tenue de bain. Outre le Prix de la mise en scène, nos canaillons ont décroché un Prix Coup de cœur RTBF. Un autre Coup de cœur (Be-TV) fut décerné à L'échappée sauvage de Philippe Reypens pour une nouvelle randonnée ensoleillée : un petit gars des villes s'enivre de verdure avec un galopin et une galopine des champs. Le Prix du scénario fut accordé à Thomas Xhignesse pour Jolis mômes. Encore une escapade, pas très catholique d'un écolier chez sa copine en l'absence de ses parents. Flavie Delangle, jeune comédienne de 14 ans fut distinguée par le Prix d'interprétation féminine pour son rôle dans Marlon. On l'accompagne avec beaucoup de compassion quand elle s'apprête à retrouver sa mère en prison. La scénariste et réalisatrice de ce court tout en finesse, Jessica Palud, a déjà une belle carrière en qualité d'assistante (Bernardo Bertolucci, Sophia Coppola) et d'autres éminents metteurs en scène.

                    
                                 Angelika de Léopold Legrand                                                          Avec Thelma d'Ann Sirot et Raphaël Balboni

Il nous plaît d'accorder un sourire à l'Angelika de Léopold Legrand, qui a reçu le meilleur accueil de Namur à Angers. Sa petite héroïne a d'ores et déjà l'âge (7 ans) et le charisme de Jackie Coogan débutant dans Charlot et le kid. Quant à la minuscule Thelma (3 ans) dans Avec Thelma d'Ann Sirot et Raphaël Balboni, elle est parfaitement à sa place entre Jean (Le Peltier) et Vincent (Lecuyer), deux comédiens interprétant un couple de garçons priés d'accueillir (du jour au lendemain) une bonne petite diablesse, l'un et l'autre excellant dans le rôle de boute-en-train. Au Prix d'interprétation masculine attribué (justement) aux papas poules – doublé d'un Prix du public –, il conviendrait d'adjoindre une distinction supplémentaire au trio clownesque ! 

Nous accorderons tout autant une Mention spéciale à Dem Dem ! de Pape Bouname Lopy, Marc Recchia et Christophe Rolin, relatant les déboires d'un pauvre pêcheur sénégalais en quête de passeport pour prendre le large. Tout comme Et toujours nous marcherons de Jonathan Millet ou à la Fédra de Malo Bara, d'autres sans-papiers demeurant désespérément en chemin. 

On ne saurait clore ces réminiscences festives sans relever l'étonnant talent de Nicolas Fong, concepteur-réalisateur de Yin, une époustouflante cosmogonie dessinée en gravitation (et en animation) qui n'a d'égale que son inénarrable Those visions have no end (2013) : un tourbillonnant clip à base de gifs pour le groupe Arun Tazieff – hommage au célèbre volcanologue ? –, à voir ici.

Michel Roudevitch