Revenir aux actus
DVD
30/11/2018

Un homme est mort (qui n'avait d'autre route que celle où l'on hait les fusils)

Ce film d’animation d’une heure et des poussières, inédit en salles, est à découvrir en DVD, surtout pour qui aime à la fois la BD et le cinéma militant. 

Un homme est mort, c’est évidemment d’abord et avant tout ce film mythique réalisé par René Vautier dans une ville de Brest alors en pleine reconstruction après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, au début des années 1950 et désormais perdu, la seule copie – en 16 mm – ayant été détruite. C’est aussi cette mémorable bande dessinée d’Étienne Davodeau et du scénariste Kris – un Brestois pur jus ! –, parue en 2006 chez Futuropolis et revenant sur toute l’histoire et avant tout ce drame central que fut la disparition d’Édouard Mazé, jeune ouvrier tué lorsque les gardes mobiles ouvrirent le feu sur une manifestation pacifique de la CGT, en avril 1950. Et c’est désormais, au bout de la chaîne, une adaptation en animation 2D qui donne vie aux personnages de cet édifiant et révoltant épisode de l’histoire ouvrière française, où la police et donc le pouvoir politique portent une indicible responsabilité dans ce qui ne fut rien d’autre qu’une froide exécution 

Le trait désormais familier de Davodeau, un casting probant de voix de doublage, d'impressionnants décors ressuscitant la cité finistérienne encore meurtrie et la partition inspirée d’un duo de spécialistes en la matière, Pablo Pico et Yan Volsy, sont les atouts majeurs de l’entreprise, dont la dernière partie se révèle bouleversante, rythmée par les vers sublimes du Gabriel Péri de Paul Éluard.

À l'heure des manifestations parfois heurtées des “gilets jaunes”, le rappel sur ce qu’a pu être la réalité des luttes sociales dans la France de la IVRépublique est plutôt saisissant et nous ramène à ce cinéma militant, véritablement insoumis, que René Vautier personnifia en premier lieu, à l’époque même de ses démêlés judiciaires consécutifs à la réalisation du brûlot Afrique 50.

Un livret de 32 pages richement illustré accompagne cette édition de ce film de 66 minutes signé Olivier Cossu et qui fut diffusé pour la première fois au Festival international de la BD d’Angoulême, puis en hors-compétition à Annecy en 2018 et en ouverture du festival européen du film court de Brest, assez naturellement, il y a une poignée de semaines.

Christophe Chauville



Un homme est mort d’Olivier Cossu, DVD, Éditions Montparnasse, 25 euros.
Disponible depuis le 16 octobre 2018.