Télé 10/06/2020

À voir sur le petit écran en juin

Pas mal d’incontournables, mais aussi de nombreuses découvertes à ne pas rater sur les différentes chaînes de télévision diffusant du court métrage, en ce mois un peu particulier pour les cinéphiles.

En juin, on va généralement à Annecy ou à Pantin, dont les festivals se dérouleront cette année en ligne. Les émissions de court métrage des chaînes de télé rapprochant leur programmation de ces événements, il y aura donc encore plus de films à voir en parallèle…

Libre court, qui se tient sur France 3 chaque vendredi soir après minuit, montrera ainsi  le 19 juin Genius Loci d'Adrien Mérigeau, primé à Berlin et qui connut un beau début de carrière avant le confinement. Une histoire de Jeannot, animation plus traditionnelle de Julie Rembauville et Nicolas Bianco-Levrin, l'accompagnera, faisant un lien entre la Commune de Paris et le Front populaire, pour un récit au sujet original, donc… Très différent, Hybrids – déjà vu sur Brefcinema – suivra le 26 juin, dans le cadre d'une émission très écolo intitulée “Du vert, toujours du vert !” où l'on pourra voir aussi La parcelle de Michaël Guerraz (photo ci-dessous), avec entre autres la toujours excellente Maud Wyler.

Du côté d'Histoires courtes, diffusé sur France 2 le dimanche soir après minuit, la très étrange et montagnarde aventure filmée par Mathilde Delaunay dans La fille oblique sera à découvrir le 21 juin en même temps que sa présentation en compétition à Côté court. La semaine suivante, Plaisir fantôme de Morgan Simon (photo ci-dessous), qui porte un regard différent sur le milieu du cinéma X et celles et ceux qui y évoluent, précédera l'explosif et baroque Ultra pulpe de Bertrand Mandico, qui était sorti au cinéma en 2018.

Sur Arte, Court-circuit aura proposé pour sa part, le 13 juin, l'animation en volumes Daughter de Daria Kashcheeva – une réalisatrice née au Tadjikistan ! – et Mal caduc (photo de bandeau), du prolifique Jules Follet, qui change encore de registre après Waterfountain et Comment faire pour, actuellement visible sur Brefcinema. Il est à notre que Mal caduc, film en costumes ramenant vers l'époque napoléonienne, concourt à Côté court, où Comment faire pour deux est aussi présenté… À souligner également les sommaires des numéros suivants du magazine, comportant le court et tordant No, I Don't Want to Dance ! d'Andrea Vinciguerra, le vibrant Flow de Adriaan Lokman et la fameuse Thee Wreckers Tetralogy de Rosto le 20 juin, avant un fier duo composé de Beauty Boys, de Florent Gouëlou, et de Marée, de Manon Coubia, le 27.

Enfin, sur Canal+ cinéma, Top of the Shorts brillera de ses ultimes feux, hélas, avec la comédie Bruits blancs de Thomas Soulignac (photo ci-dessus), qui aborde le motif plutôt inusuel du spiritisme (le 14 juin), et celle, assez réjouissante, du coscénariste du Guy d'Alex Lutz, Thibault Segouin, intitulée Les deux couillons (le 21 juin). Cameramen, de Tristan Lhomme, le 28, mettra en scène deux pieds nickelés volant une caméra sur un tournage pour afin de filmer la lycéenne de leurs rêves (interprétée par Angelina Woreth, vue dans La persistente de Camille Lugan et dans La légende de Manon Eyriey).

L'animation ne sera pas oubliée, avec le nouvel opus de Jean Lecointre, dans son style caractéristique – À la mode (le 21) –, après le délirant film de la Poudrière Tout va rentrer dans le désordre, de Cheyenne Callaud-Wallay, le 14. On reviendra ultérieurement sur la toute dernière émission de “TOTS”, celle du 5 juillet, avec alors un seul film au programme : Finale, de Stéphan Castang, avec Jean-Pierre Kalfon. 

Christophe Chauville

À lire aussi :

- Elle s'en va : Pascale Faure quitte Canal+.

- Côté court 2020 en ligne