Extrait
Partager sur facebook Partager sur twitter

Kitchen

Alice Winocour

2005 - 15 minutes

France - Fiction

Production : Dharamsala Production

synopsis

En l’absence de son mari, une femme se met en tête de lui cuisiner du homard pour le dîner. Mais les deux crustacés se débattent et résistent, déclenchant en elle la spirale infernale de l’angoisse.

Alice Winocour

Née à Paris en 1976, Alice Winocour est diplômée de la section scénario de la Fémis. En 2003, elle coécrit avec le réalisateur Raphaël Dutilleul le scénario du court métrage Harem, libre adaptation du mythe d’Orphée dans lequel elle tient également un rôle.

Elle réalise, deux ans plus tard, son premier court métrage, Kitchen, avec Elina Löwensohn dans le rôle principal. Le film est sélectionné en compétition du Festival de Cannes la même année. S’en suivent deux autres courts métrages : Magic Paris en 2006, récompensé du Swann d’or de la meilleure réalisatrice et de la meilleure actrice (pour Johanna ter Steege) au Festival du film romantique de Cabourg 2007, et Pina colada en 2008.

Son premier long métrage, Augustine, réunissant Vincent Lindon, Chiara Mastroianni et Stéphanie Sokolinski, dite “Soko”, est présenté au Festival de Cannes en 2012, dans le cadre de la Semaine de la critique. Trois ans plus tard, Alice Winocour revient sur la Croisette pour présenter son second long métrage, Maryland, dans la section Un certain regard. Elle est également coscénariste du film Mustang, de Deniz Gamze Ergüven, qui sort la même année.

Prix spécial du jury au Festival du film de San Sebastian en 2019 et distribué dans les salles en fin d'année, Proxima, se penche sur la préparation d’une astronaute française, campée par Eva Green, avant son départ dans l'espace.

En 2022, son nouveau long métrage Revoir Paris, avec Virginie Efira et Benoît Magimel, est présenté à la Quinzaine des réalisateurs lors du 75e Festival de Cannes.

 

 

Critique

Féline, scorpion, gazelle ou dragon, la femme se voit facilement affublée de parures animales... Kitchen pro­pose d'ailleurs d'utiliser ce parallèle entre la femme et la bête pour explorer un sujet, plutôt dans l'époque, qui mérite d'être titillé par le cinéma : le désir féminin, et son acolyte de marque, le plaisir.

Belle mais pas tout à fait zen, la femme de Kitchen, d'Alice Winocour, aurait tout pour être heureuse : un mari, du temps pour elle et un intérieur briqué comme un écrin. Décidée à cuisiner des homards pour le dîner du soir, elle se retrouve pourtant incapable d'ébouillanter les bestioles. Les deux crustacés, et leurs pinces pétries d'un symbole castrateur évident, lui rap­pellent trop frontalement la béance de son couple. Ils l'obligent, de surcroît, à assumer le fait qu'elle doit avoir la peau de sa propre cara­pace. Les multiples tentatives de lynchage, qui iront jusqu'à broyer les homards dans le mixeur ou les électrocuter dans la baignoire, orches­trées crescendo en de longues séquences à la froideur chirurgicale, trahissent la violence inhé­rente à cette mue nécessaire. 

Kitchen décuple la force de son récit en l'ins­crivant dans le burlesque du quotidien corrosif. À l'image de cette capricieuse libido, l'héroïne en croisade passe par des zones de chaud et de froid, de force et de découragement. Volant le plaisir plus encore qu'elle ne le pren­d, aux dictats ambiants et à ses propres préjugés, c'est sa liberté qu'elle conquit au-delà de la jouissance. Et à ce jeu des postures sociales, la parité fait loi : le mari est cloué dans le mutisme et la femme est ternie par l'image d'épouse comblée qu'elle s'est construite. Le sexe est montré alors comme une puissance émancipatrice.

Le propos n'est ni neuf ni révolutionnaire. Les féministes des années 1970 en tête ont tra­vaillé pour que la femme soit considérée autre­ment que comme une jouisseuse exclusive­ment cérébrale et son corps reconnu comme un objet de plaisir avant tout pour elle-même. La fausse raideur ironique qui imbibe Kitchen empêche toutefois le film d'être récupéré par un militantisme revanchard. Il ne s'agit plus ici de terrasser cette grosse bête d'homme en face de soi, mais d'apprivoiser le joyeux animal caché en nous. Alors que cette gourde de Bridget Jones tente d'ériger sa mal­adresse enrobée en symbole de la trentaine libérée, Alice Winocour montre ainsi comment les femmes peuvent p(r)endre le mal(e) par la queue... Une idée, elle aussi, très réjouissante.

Amélie Galli

Article paru dans Bref n° 70, 2006.

Réalisation et scénario : Alice Winocour. Image : Aurélien Devaux. Montage : Florence Bresson. Son : Frédéric Heinrich, Bruno Reiland et Grégoire Bourdeil. Interprétation : Elina Löwensohn et Bernard Nissile. Production : Dharamsala Production.

À retrouver dans