Revenir aux actus
Vu sur le web
26/01/2018

Justin a quelque chose à dire...

Encore un clip en plan-séquence ? Encore un clip auto-proclamé “virtuose”, en attendant le prochain ? Quelques éléments de réponse... (NB : le lien est à cliquer dans le texte)

L’histoire est longue de l’utilisation de ce procédé en matière de musique filmée (pour mémoire, ici). Et le choc que l’on pouvait avoir il y a plus de vingt ans face aux créations géniales de Michel Gondry (pensons notamment à Protection et à son immeuble recréé en studio pour Massive Attack) s’est considérablement dilué tandis qu’aujourd’hui le numérique permet, dans le long métrage et ailleurs, de truquer et de banaliser à satiété cet exploit technique qui, du temps de Welles, Hitchcock ou de Brian de Palma, scotchait encore le spectateur à son fauteuil.

Pourtant, le tout nouveau clip de Justin Timberlake rompt avec la surenchère propre à un groupe comme OK Go, formation-star des réseaux sociaux, dont les disques importent peu, mais dont les clips-performance, souvent filmés en un seul plan, créent régulièrement un buzz aussi retentissant qu’éphémère.

Ici, dans ce clip d’Arturo Perez Jr, dû à la précieuse équipe de la Blogothèque (passée maîtresse dans l’art des captations originales, insolites et élégantes), le plan-séquence s’envisage plus comme une évidence que comme un exploit. Pas de sueur, pas d’effort apparent, il s’agit juste de déambuler à travers coursives, couloirs et étages de cet immeuble Angeleno, sans se donner la peine de surligner comme ces déplacements sont millimétrés, précis.

Surtout, ce qui distingue Say Something de tant d’autres clips filmés de la sorte, c’est qu’il s’agit bien d’abord d’une captation et qu’au défi de la mise en scène s’ajoute celui de la prise de son. Le morceau est joué “en direct”, fait rarissime, on le sait, pour un clip dit “officiel”. Parti pris d’autant plus admirable que les musiciens et les choristes ne sont pas qu’une poignée. Ils sont juste un peu plus nombreux. Et, derrière la machinerie et la lourde équipe de la superstar Timberlake (voir le générique), le plan-séquence de réinsuffler un peu de réel, de risque et de vérité au sein de la plus cadenassée des promos.

Stéphane Kahn