Revenir aux actus
Festivals
28/11/2018

Dans la hotte des festivals : les derniers palmarès !

La fin de l'année et la trêve des confiseurs se rapprochant, les festivals se succèdent à vive allure. Et leurs tableaux d'honneur dans le même temps.

À Entrevues, le Festival international du film de Belfort, des œuvres de tous les formats et de toutes les durées sont traditionnellement en lice et le Grand prix Janine-Bazin est allé à un “court long métrage” d'une durée de 62 minutes, Classical Period de Ted Fendt, alors que le moyen métrage de Paul Grivas Film catastrophe décrochait pour sa part le Prix André S. Labarthe. Autre moyen métrage figurant au palmarès, Le sang noir de Safia Benhaim (photo ci-contre) repart avec le Prix “Eurocks One+One”. Quant au Prix Camira du court métrage, il est revenu à Laura Henno pour Djo, elle qui avait déjà été distinguée dans la cité comtoise, il y a quelques années, avec Koropa. Enfin, le Prix du public pour les cours métrages a distingué un documentaire en réalité virtuelle, L'île aux morts de Benjamin Nuel, coécrit avec Clémence Madeleine-Perdrillat (photo de bandeau).

Autre manifestation importante, le Festival du film court de Villeurbanne a remis une bonne dizaine de prix le week-end dernier, dont les principaux correspondent au Grand prix de la compétition européenne, qui est allé à un film grec, Le silence des poissons mourants de Vasilis Kekotos, à celui de la meilleure création animée, décerné au sein d'une compétition spécifique – cette année à Guaxuma, de Nara Normande (photo ci-contre), produit par les Valseurs – et à celui du public, en l'occurrence Mort aux codes de Léopold Legrand, où l'on peut retrouver les excellents Olivier Rabourdin et Slimane Dazi. 

À Dijon, Fenêtres sur courts aura vu le triomphe de Peines perdues, de Benjamin Charbit (interprété par Joséphine de Meaux et Marc Fraize, photo ci-contre), et de Troc mort, de Martin Darondeau, respectivement choisis par le jury et le public de la Compétition francophone “Humour & comédie”.  Find Fix Finish, de Sylvain Cruiziat et Mila Zhluktenko, dominait dans le même temps la Compétition européenne et Mon père le poisson, de Britta Potthoff et Adrien Pavie, la “régionale” dédiée aux productions estampillées Bourgogne-Franche-Comté.

Brefcinema était par ailleurs partenaire du festival Du grain à démoudre, à Gonfreville-l'Orcher, en Normandie, qui est organisé par des jeunes gens âgés de 12 à 25 ans et où (Fool Time) JOB de Gilles Cuvelier a remporté le Prix du Grand jury du meilleur court métrage et Les serviteurs de Marwan Khneisser celui du public.

De son côté, Séquence Court métrage, devenu une véritable institution à Toulouse, a notamment mis à l'honneur, tout au bout de sa 27e édition, l'animation en volumes Boléro paprika de Marc Ménager (Prix du jury français), la fiction Chien bleu de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh (Prix du public français, photo ci-contre), et Clapotis de Mor Israeli, issu de la Poudrière (Prix du public de la compétition des premiers films d'animation). 

Enfin, on mentionnera, en tir groupé et en bouquet final, les lauréats de la manifestation parisienne Chéries chéris, 21e du nom – à savoir Pré-Drink de Marc-Antoine Lemire (photo ci-contre), Grand prix, et Que la nuit d'achève de Denoal Rouaud, Prix du jury –, un doublé de comédies aux Œillades d'Albi (Un réflexe de Zulma Rouge, Prix du public, et Auguste d'Olivia Braun, Prix des collégiens), ainsi que le Prix du meilleur court métrage revenu, aux Rencontres cinématographiques de Cannes, à Timing de Marie Gillain, l'un des films des Talents Cannes 2017 de l'Adami.

Quant au 3e Festival du film court de Saint-Pierre, à la Réunion, il a été tout bonnement annulé, ou du moins reporté à une date ultérieure (qui reste à préciser), à cause des mouvements des “gilets jaunes”, en France comme dans l'île, où nombre d'événements, culturels notamment, auront finalement pâti d'un contexte social général pour le moins agité.

Christophe Chauville