Revenir aux actus
DVD
18/12/2018

Tout Nuri Bilge Ceylan !

Son distributeur actuel, Memento Films, rend à Nuri Bilge Ceylan un hommage à sa mesure, à l’occasion de la sortie en DVD du “Poirier sauvage” : un coffret réunit en parallèle en Blu-ray la totalité de ses films.

Alors que sa dernière “master piece”, Le poirier sauvage (photo de bandeau), saluée au dernier Festival de Cannes du haut de ses impressionnantes trois heures et huit minutes de durée, l’édition du DVD du film se voit aujourd'hui complétée par celle d’un coffret proposant une intégrale de l’œuvre de celui qui est désormais considéré comme l’un des maîtres du cinéma mondial et dont chaque nouvelle œuvre est montrée sur la Croisette, y recevant souvent tel ou tel prix. Cela a commencé avec Uzak, qui avait reçu à la fois le Grand prix et le Prix d’interprétation masculine en 2002, tandis que Les climats était primé par la critique internationale en 2006. Ensuite, Ceylan décrochait le Prix de la mise en scène en 2008 pour Les trois singes, un nouveau Grand prix en 2011 pour Il était une fois en Anatolie et, assez logiquement dans la foulée, la Palme d’or avec Winter Sleep en 2014.

Mais cette intégrale en Blu-ray permet aussi d’explorer la période qui a précédé ces glorieuses années de succès ininterrompus – critiques, surtout, même si un vrai public suit désormais fidèlement ce grand auteur, surtout en France – , à travers les deux premiers longs métrages du cinéaste, beaucoup moins connus malgré leurs sélections à la Berlinale : Kasaba (1997) et Nuages de mai (1999). Auparavant encore, il y avait eu aussi le seul et unique court métrage tourné par celui qui allait devenir un spécialiste des durées longues (Winter Sleep détient le record avec ses 3h15). Proposé en bonus, Koza (photo ci-contre) avait été découvert en 1995 au sein de la compétition cannoise des courts métrages et l’année suivante en “internationale” au Festival de Clermont-Ferrand et on y trouve déjà pas mal d’éléments qui allaient enraciner la personnalité artistique unique du cinéaste par la suite, quoique le film soit en noir et blanc, ce qui ne se reproduisit ensuite, tout au long de sa filmographie, qu’avec Kasaba. Aucun dialogue ne fut en outre nécessaire pour brosser dans Koza le tableau des retrouvailles d’un couple de septuagénaires, séparés par des événements douloureux, dans une région rurale, mais une attention constante aux sons de la nature, filmée par le biais de gros plans – sur les plantes, l’eau, le gel, les animaux aussi... – qui devaient connaître une belle postérité, jusqu’au Poirier sauvage. Une manière d’inscrire dans une certaine cosmogonie une histoire d’amour et de vieillesse d’autant plus signifiante que les propres parents du réalisateurs, Emin et Fatma Ceylan, apparaissaient devant la caméra de leur fils alors débutant. Le lyrisme du cadre et du traitement, avec déjà cette manière personnelle d’appréhender le temps qui passe, fait de ce film de 14 minutes la véritable première pierre d’une œuvre à l’importance capitale et qui n’a pourtant pas encore atteint, on s’en étonnerait presque de l’écrire, son dixième opus…

Christophe Chauville


Nuri Bilge Ceylan : intégrale
, coffret de 8 Blu-ray, Memento Films, 69,90 euros (prix de vente conseillé).
Le poirier sauvage seul, DVD et Blu-ray, 19,95 euros (prix de vente conseillé).
Disponibles depuis le 8 décembre 2018.