Revenir aux actus
DVD
14/12/2018

René Féret : 40 ans de cinéma

Un imposant coffret DVD vient de paraître, dédié à l'un des talents les plus discrets du cinéma français des dernières décennies, disparu en 2015. Avec un moyen métrage inédit en bonus.

René Féret n'avait pas 70 ans lorsqu'un cancer l'a emporté, au printemps 2015, juste au moment de la sortie de son ultime film, Anton Tchekhov, 1890, variation assez inattendue autour de la figure du grand dramaturge russe, qui n'était pas le premier film en costumes du cinéaste originaire du Nord de la France, lui qui avait commencé dans les années 1970 avec des projets d'inspiration autobiographique comme Histoire de Paul, lauréat du Prix Jean-Vigo en 1975, et La communion solennelle, qui avait eu les honneurs de la compétition officielle cannoise deux ans plus tard.

Cette édition DVD intégrale comporte pas moins de 16 longs métrages, dont la plupart sont présentés en versions remastérisées, et on peut donc y retrouver des perles méconnues du début des années 1990, comme le solaire Promenades d'été ou le plus crépusculaire La place d'un autre, dyptique sur des comédiens de théâtre, mais aussi le plus récent Nannerl, la sœur de Mozart (photo ci-contre), autre incursion au sein du film d'époque pour laquelle le réalisateur convoquait des membres de sa famille, comme ce fut souvent le cas au long de sa carrière, ses enfants étant tous plus ou moins dans le coup (Marie et Lisa, ses filles, apparaissent dans plusieurs des titres de cette période, à la charnière de 2010). La transmission et l'enseignement ont, du reste, toujours accompagné ses pas, on l'aperçoit d'ailleurs en personne dans l'un de ses derniers films, un moyen métrage d'une cinquantaine de minutes inédit en salles, sans doute à cause de ce format peu évident à diffuser : Simon (photo de bandeau).

Dans cette œuvre méconnue proposée ici au sein de six heures (!) de suppléments, Féret est un prof du Conservatoire permettant la rencontre amoureuse entre un chanteur d'opéra professionnel sollicité pour jouer une version de Carmen et une jeune étudiante discrète du cours. Grégory Gadebois incarne le premier et le “coffre” du ténor lui sied parfaitement, même si le film apparaît assez curieux, mêlant des élements assez disparates, le personnage se trouvant être le père d'un adolescent autiste, Simon donc, qui vit avec sa mère (incarnée par la véritable mère du jeune austiste filmé) et à qui il présente sa nouvelle très jeune amie, pour des scènes qu'on imagine, sinon brutes, du moins parfois improvisées. Un certain charme vériste agit, comme fréquemment au gré de cette filmographie de presque quatre décennies, tout spécialement à travers Le prochain film, sorti en 2013 (photo ci-dessus) et qui réunissait plusieurs acteurs pour qui on a, à Bref, une forte tendresse, à savoir Antoine Chappey, Maryline Canto, Frédéric Pierrot et Sabrina Seyvecou, tous familiers du court métrage. 

Nous nous en voudrions d'évoquer la sortie de ce coffret sans mentionner qu'il renferme aussi et naturellement ce qui est peut-être le plus beau film de son auteur, en tout cas le plus émouvant, Comme une étoile dans la nuit, une magnifique histoire d'amour et de maladie qui aurait dû, en 2008, lancer Salomé Stévenin, prodigieuse ici, vers la carrière qu'elle méritait. C'est aussi l'un des atouts de ce qui peut constituer un superbe cadeau de Noël, afin de se souvenir, aussi et surtout, de cet artiste humble et délicat qui a constamment cherché, au fil de son œuvre, une justesse, une vérité, une profondeur d'âme. Avec une approche artisanale, au sens le plus noble du terme. 

Christophe Chauville


René Féret, 40 ans de cinéma
, coffret 16 DVD + CD de musiques de films + livret de 60 pages, 110 euros en tarif de lancement.
Disponible depuis le 5 décembre 2018 sur le site dédié au réalisateur et dans quelques points de vente “physiques” à Paris (détails sur le site).